Avertir le modérateur

vendredi, 27 août 2010

"Envy" englouti par son concurrent N°1

On s'y attendait un peu, mais c'est désormais officiel: de "Be" et "Envy", seul l'un d'entre eux passera le cap des six mois. "Be" va donc absorber son concurrent pour donner naissance à une formule enrichie à paraître au début de l'automne.

Envyhome.JPG

Les chiffres de vente du mag étaient loin d'être catastrophiques, mais néanmoins insuffisants aux yeux de Jean-Paul Lubot, son directeur général délégué: 175 000 exemplaires vendus chaque semaine (à peu près autant que Grazia), alors que l'objectif prévu était 200 000.

Des recettes publicitaires décevantes auraient également perturbé l'équilibre du titre, qui avait été lancé en février 2010, en même temps que "Be". Si les deux hebdos appartiennent à deux groupes différents (Be: Lagardère Active et Envy: Marie-Claire), la fusion est facilitée par le fait que Lagardère possède 42% du capital de son "concurrent".

Le péché d'Envy: son manque d'identité

Je n'ai personnellement jamais vraiment adhéré ni à l'un ni à l'autre de ces hebdos (alors que je lis pourtant beaucoup la presse féminine), la surenchère people m'apparaissant au fond assez vaine. Mais au-delà de cela, il me semble que seul "Be" avait réussi à se créer une identité propre.

Avec son slogan "For the Now Generation", le mag incarne la détente futile, vaguement hystéro (cf: les pubs dans le Métro ou encore celle de Paris Hilton) mais néanmoins assez cool et bien informée.

Par comparaison, "Envy" était peut-être un peu plus terne et hésitant, voire niais ("Toutes vos envies sont dans Envy", comme slogan, on a vu mieux...). Pas de quoi non plus se féliciter de cette "fus-ac" un peu particulière: seuls 15 des 40 journalistes de feu "Envy" seront réintégrés à "Be".

Hasard du calendrier, le magazine Grazia, un concurrent historique, fête tout juste ses un an. Le dernier numéro d' Envy devrait, lui, paraître fin septembre.

17:21 Publié dans Féminins | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 25 juin 2010

"Elle" un peu trop in love de l'Ipad

Hilary Duff_galerie_principal.jpg
Hilary Duff, prise en flagrant délit de possession d'un Ipad
(photo extraite du site Elle.fr)

 

 

Chez Elle apparemment, on adooore l'IPad, et on n'a pas peur de le faire savoir.

Dans le numéro 3364 (datant du 18 juin 2010) s'est glissé p.24 un encadré intitulé "Après le It bag, le It pad!" (en référence à la nouvelle tablette 2.0 d'Apple, très gros succès commercial). Plus que le jeu-de-mot-qui-fait-plouf, c'est le ton de l'article en lui-même qui peut paraitre douteux. Voici ce qui est écrit:

"Les créateurs de sacs peuvent se faire du souci! Les fashionistas célèbres ont jeté leur dévolu sur un nouvel accessoire: Le Ipad d'Apple. Natalie Portman, Emma Roberts et Kate Hudson ne le quittent pas d'un doigt" (lol). "Leur vie virtuelle est donc très stylée. Forcément essentielle (Apple en a vendu plus de deux millions en moins de 60 jours), cette tablette ne peut malheureusement pas contenir le make-up, un porte-monnaie et les clés de la maison. Du moins pour l'instant..."

Photos des starlettes à l'appui.

Point de mention "publireportage" en bas, mais la signature d'un(e) certain(e) S.G. Un peu plus bas encore, le lecteur est invité à aller visiter Elle.fr, où pas moins de onze photos d'autres "fanstars" de l'Ipad ont été mises en ligne.

Martine Descamps, assistante d'Isabelle Maury (une des rédactrices en chef), n'y voit rien de scandaleux. "C'est juste pour montrer des photos de gens où l'Ipad remplace un sac. Je ne vois pas en quoi c'est gênant", m'a-t-elle dit par téléphone.

 

Apple: 1 - Windows: 0

 

Il est toujours désagréable de tomber sur ce genre de publicité cachée tant on a l'impression de se faire prendre pour une buse. Ca l'est d'autant plus quand c'est le fait du magazine Elle, un féminin qui jongle certes entre sérieux et frivolité mais nous avait habitués à plus de droiture (le portrait de Fabienne Boulin-Burgeat, en ouverture, est à ce titre très réussi).

Mais cet encadré n'est malheureusement pas un cas isolé. Quelques pages plus loin, on découvre un partenariat entre ITunes et Elle.fr, avec compatibilité sur Iphone (mazette!) et permettant cette semaine de télécharger un titre d'Arnaud Fleurent-Didier. Le tout pour zéro sous.

Amusons-nous maintenant à taper quelques occurrences sur la barre de recherche de Elle. Que trouve-t-on?

- Apple: 76 résultats - Microsoft: 14 résultats

- Ipad: 24 résultats - Windows: 5 résultats

- Iphone: 54 résultats - Smartphone: 8 résultats

(pour info: Google: 32 résultats)

Statistiquement, le magazine semble avoir choisi choisi son camp. Que doit-on en déduire?

 

Elle Apple.png

Mon premier est un fruit, mon second est le surnom d'une grande ville

de la côte est-américaine,mon tout est une grande marque hight-tech.

Que suis-je? La photo de la page "Contacts" de Elle.fr !

 

 

Apple, symbole facile du hype chébran


Alors, l'Ipad, vulgaire objet de mode? La question aurait pu être au bac de philo cette année: aliénation à la technologie, raison vs passion, psychologie des foules, angoisse esthétique... Depuis l'arrivée de leur lecteur mp3 presqu'homonyme, la stratégie d'Apple soulève de vraies interrogations.

Restons-en si vous le voulez bien au domaine qui nous concerne, à savoir la presse féminine. Considérer (sous couvert d'ironie) qu'un objet technologique est un réel objet de mode, implique que cet objet valoriserait la personne qui la détient. Mesdames le savent, un vêtement ou un accessoire sont peu utiles s'ils ne nous mettent pas en valeur, que ce soit physiquement (faire de jolies formes) ou plus symboliquement (je suis habillée comme une-telle donc je suis dans le coup, j'ose mettre un bijou de cheveux donc je suis un peu ouf, etc). Ce sont des "codes", ou, comme on l'apprend en cours de terminale en philo, des "signes". Un langage, quoi.

Or le succès de la campagne marketing d'Apple, dont Elle semble être une victime bien consentante, est d'avoir justement été capable d'associer ce nouveau langage à la fonction première de l'Ipad: en l'occurrence, communiquer. Nonobstant l'absence incompréhensible de port USB, ce qu'Apple propose, c'est le partage, mais le partage entre personnes "de même valeur". Car l'Ipad n'est plus un simple outil technologique, c'est aussi devenu un "objet de luxe cool". De la même façon que l'IPhone 4 ne peut faire de visioconférence qu'avec... des personnes possédant un IPhone4.

Pas étonnant dans ce cas que le nouveau concurrent d'Apple soit Google et non plus Microsoft. Google, c'est l'anti Apple: tout y est ouvert et moche. Oui, moche: Gmail est une honte d'un point de vue design, les Android n'ont rien amélioré, Google Images et Picasa (le logiciel gratuit de stockage de photos) sont eux aussi d'une folle platitude esthétique. Mais Google, c'est un peu le basique (comme le denim dont Elle parle quelques pages plus loin) que tout le monde porte dans la rue. On ne se retourne pas sur la fille qui a le même jean que nous, mais peut-être aura-t-on plus de chose à lui dire qu'à Emma Roberts ou Kate Hudson.

Elle se serait-il trompé de camp?

16:49 Publié dans Féminins | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu